vignettedivers

 

Ce site est accessible à tous.

Une partie n'est accessible qu'aux adhérents après vérification et

validation.

 

      Merci de votre compréhension.

 

 vignettedivers

Construire le code du travail

 Propositions CGT.

construire le code du travail

 Cliquez sur l'image ou ici

     

 

 vignettedivers

Ouverture de négociations sur le temps de travail

sur la DR Centre Est.             

 

Que se passe t-il donc chez

Eiffage Energie Industrie Tertiaire ?

 

                Suite aux négociations qui se sont déroulée, les élus CGT et FO,

                que vous avez élus majoritairement,

                ont fait des propositions que la Direction n’a pas retenues.

                La Direction et son allié CFDT ont signé un accord régressif

                pour vos acquis.

                Suite à cette signature, la CGT et FO ont décidé,

                pour la défense de vos acquis de dénoncer

               l’accord pour pouvoir le renégocier au mieux de vos intérêts !

Avant toute chose sachez que cet accord était mort-né

dès sa signature.

Les signataires dans leur précipitation à vouloir vous voler

ont oublié d’indiquer la date de mise en application !

 

Malgré tout et toujours pour parvenir à ses fins,

la Direction fait du chantage aux salariés.

- elle ne se prive pas à convoquer le personnel par petits groupes

afin de mettre et de maintenir un mauvais climat

en se servant de son encadrement.

Ne se privant pas non plus à faire croire que

ce serait la faute de la CGT si aujourd'hui on en est là !

 Normal ! avec une Direction inconpétente ou quasi inexistante

qui ne fait que s'appuyer sur le travail du service RH.

 

Bientôt plus de détails .......

 

Et pour  Eiffage Energie Infrastructure ?

 

   Rien de mieux que la trame nationale

 

à peine modifié!

Un Directeur qui passe son temps à jouer avec son

téléphone en attendant surement un futur départ

On se demande même comment il est possible

qu'il soit encore là avec de tels résultats économiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué de la CGT

 lacgt


 

Communiqué de la CGT
Réaction de la CGT aux propos inacceptables du Premier Ministre Manuel Valls
Le Premier Ministre vient d’accuser la CGT d’être responsable des violences intervenues en marge de la manifestation nationale du 14 juin, à Paris, contre le projet de loi travail.
La CGT tient à rappeler au Premier Ministre que cette mobilisation, comme les précédentes, n’a pas été organisée par la CGT mais par 7 organisations syndicales de salariés et de jeunesse qui, depuis 4 mois, dans l’unité, demandent le retrait de ce texte régressif.
Quelle est la réalité des faits ? C’est en marge du cortège de cette manifestation, déposée par les organisations et validée par la Préfecture de police de Paris, que des bandes de casseurs se sont à nouveau livrées à des exactions que la CGT a d’ailleurs condamnées officiellement, une fois de plus, dans son communiqué national.
Le Premier Ministre ne peut ignorer qu’il incombe aux pouvoirs publics, dont il a la première responsabilité, d’assurer la sécurité et le maintien de l’ordre.
La CGT souligne le sang-froid et la maitrise des militants de son service d’ordre qui, sans faillir, ont pris les dispositions nécessaires afin de garantir la sécurité des participants à cette manifestation massive.
En conscience et prenant en compte les informations données par les services de la Préfecture, les organisations syndicales ont fait le choix de ne pas aller jusqu’au bout du parcours prévu, malgré la frustration légitime des participants, pour ne pas les exposer davantage à la violence et aux incidents générés par des éléments extérieurs. Face à cette contrainte, une fois encore, l’ensemble des services d’ordre des organisations ont su créer et mettre en oeuvre les conditions pour que les participants, venus de toute la France, puissent rejoindre leurs moyens de transport.
La CGT tient à rappeler au Premier Ministre que, comme il n’est pas de la responsabilité des supporters d’assurer la sécurité dans et autour des stades de l’euro de football, de la même façon il n’est pas de la responsabilité des manifestants d’assurer la sécurité dans et autour d’une manifestation autorisée par la Préfecture de police.
Menacer d’interdire les manifestations est le signe d’un gouvernement aux abois.
Plutôt que de faire l’inventaire tendancieux d’éléments à charge contre la CGT, Manuel Valls ferait bien mieux d’entendre la majorité des salariés, des jeunes et plus largement des citoyens qui rejettent ce projet de dumping social et de destruction de notre modèle de société.
Montreuil, le 15 juin 2016


La CGT EIFFAGE ENERGIE s'associe à la fédération Nationale sur

ce communiqué.


 

 

 

on ne lache rien

A tous ceux qui sont pour la loi travail, alors nous leur disons :

- ne partez plus en congès

- ne demandez plus de remboursements à la sécurité sociale

- faites 70 H par semaine

- travaillez jusqu'à votre mort

- etc, etc ....

Ceci ne sont que quelques exemples des acquis sociaux qui ont été gagnés tout au long des

sièles.

ici voici le lien  : source wikipedia

Historique des acquis sociaux en France

  • 1803 : Jean Baptiste Say, libéral, défend l'idée d'une instruction primaire obligatoire.
  • 1841 : Sous le gouvernement de François Guizot, libéral, mais faite par Armand de Melun (légitimiste) : adoption de la loi relative au travail des enfants employés dans les manufactures, usines ou ateliers, donnant un âge minimum (8 ans si plus de 20 employés) et limitant le travail de nuit et le dimanche. Cette loi faisait suite au rapport du médecin Louis René Villermé de 1840, le Tableau de l'état physique et moral des ouvriers dans les manufactures de coton, de laine et de soie.
  • 1848 : Sous la Deuxième République (progressiste), décret du 2 mars8 limitant la journée de travail des adultes à dix heures à Paris et à onze en province
  • 1849 : Frédéric Bastiat, député libéral, soutien un amendement destiné à autoriser les syndicats ouvrier et la grève. Sans succès. Il faudra attendre 1864.
  • 1851 : Sous le gouvernement conservateur de Louis-Napoléon Bonaparte. Loi limitant la durée du travail : 8 heures avant 14 ans, 12 heures de 14 à 16 ans.
  • 1864 : La loi du 25 mai établit le Droit de grève : Par le député libéral Émile Ollivier, sous le gouvernement conservateur de Louis-Napoléon Bonaparte.
  • 1864 : Assurances contre les accidents du travail, inventées par un chef d'entreprise Hippolite Mariste, puis promulguées le 9 avril 1898 par Frédéric Passy, député libéral, sous la présidence de Félix Faure.
  • 1874: Sous le gouvernement conservateur de Mac Mahon. Loi sur le travail des enfants et filles mineures dans l'industrie, limitant l'emploi avant 12 ans.
  • 1884 : Droit syndical Waldeck-Rousseau, libéral, sous le gouvernement Gambetta conservateur.
  • 1887 : Création de la première bourse du travail de France à Paris par le conseil municipal à majorité radical-social et blanquiste. Celle-ci sert de base pour la création de la Fédération des Bourses du travail en 1892, imaginé en 1845 par Gustave de Molinari, fondateur de l’anarcho-capitalisme. C'est une des premières véritables structures syndicales ouvrières, son secrétaire général est l'anarchiste Fernand Pelloutier9.
  • 1893 : La durée maximum de travail est ramenée à 10 heures quotidiennes à 13 ans, à 60 heures hebdomadaires entre 16 et 18 ans, et un certificat d'aptitude est nécessaire. Sous la présidence de Sadi Carnot
  • 1900 : Pierre Waldeck-Rousseau libéral, devenu président du Conseil tenta pendant deux ans d'accorder la personnalité civile aux unions de syndicats.
  • 1906 : Repos compensateur de 24 heures hebdomadaire sous un ministère Clemenceau (radical-socialiste).
  • 1910 : La durée maximum du travail est limitée pour tous à 10 heures quotidienne. Loi Millerand (socialiste puis centre droit à l'époque de cette loi) sous un ministère d'Aristide Briand libéral.
  • 1910 : Retraites à 65 ans sous un ministère Briand ancien socialiste devenu libéral.
  • 1918 : Allocations familiales : Émile Marcesche à Lorient janvier 1918 et Emile Romanet à Grenoble 29 avril 1918 (Deux chefs d'entreprises). Généralisé en 1930 sous la présidence du Conseil d'André Tardieu Centre droit.
  • 1919 : Temps de travail loi du 17 avril 1919 sous la présidence de Clemenceau (radical-socialiste) instaurant la semaine de quarante-huit heures et la journée de huit heures
  • 1928 : Assurance maladie sous le ministère de Raymond Poincaré de l'Alliance démocratique.
  • 1936 : Délégués du personnel sous le Front populaire (socialistes, communistes, radicaux de gauche).
  • 1936 : Congés payés de quinze jours sous Léon Blum Front populaire (socialistes, communistes, radicaux de gauche).
  • 1936 : Semaine de 40 heures sous Léon Blum Front populaire (socialistes, communistes, radicaux de gauche).
  • 1936 : Convention collective sous Léon Blum Front populaire (socialistes, communistes, radicaux de gauche).
  • 1941 : Comités sociaux d’établissement sous Pétain.
  • 1941 : Minimum vieillesse et Retraite par répartition Loi du 1er janvier 1941 par le secrétaire d'état René Belin, ancien leader CGT, sous le régime de Vichy (Pétain).
  • 1941 : Salaire Minimum Loi du 4 octobre 1941 contenue dans la Charte du Travail 10
  • 1941 : Nationalisation des différentes caisses d'assurances santé qui deviendra à la Libération la Sécurité Sociale.
  • 1942 : la Loi du 28 juillet instaure la Médecine du Travail obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés. Sous Pétain.
  • 1945 : Transformation des comités sociaux d’établissement en Comité d'Entreprise sous De Gaulle conservateur par Mendès-France radical-socialiste
  • 1946 : Création du statut de la fonction publique par Maurice Thorez communiste. Généralisation de la médecine du travail à toutes les entreprises par Ambroise Croizat communiste.
  • 1950 : SMIG ancêtre du SMIC, créé sous la présidence de Vincent Auriol socialiste
  • 1956 : Congés payés Troisième semaine Guy Mollet (secrétaire général de la SFIO)
  • 1958 : Assurance chômage sous le gouvernement Pflimlin centriste.
  • 1969 : Congés payés Quatrième semaine sous De Gaulle conservateur.
  • 1967 : Intéressement et actionnariat ouvrier ministère Pompidou sous la présidence de De Gaulle conservateur.
  • 1971 : Formation Professionnelle Continue sous la Présidence de Pompidou conservateur.
  • 1975 : Assurance Vieillesse pour tous, Ministère Chirac sous la présidence de Giscard conservateur.
  • 1982 : Congés payés Cinquième semaine par Pierre Mauroy sous la présidence de Mitterrand socialiste.
  • 1982 : Temps de travail ordonnance n°82-4111 instituant la semaine de trente-neuf heures sous Mitterrand
  • 1983 : Retraite a 60 ans sous la présidence de Mitterrand socialiste.
  • 1998 : Temps de travail lois Aubry du 13 juin 199812 et du 19 janvier 200013 instituant la semaine de trente-cinq heures, socialiste.

 

Les organisations syndicales et de jeunesse, mobilisées depuis presque

trois mois décident d'une VOTATION CITOYENNE dans les entreprises,

les administrations et les lieux d'études.

 

 pdfVotationCitoyenne_Vote                             pdfVotationCitoyenne_Tract_V2

     

 

 

 vignettedivers


 

CCE DU 30 MARS 2016

 

Décidément la direction EIFFAGE ENERGIE n’a pas trop de soucis à se faire

pour se débarrasser des syndicalistes CGT encombrant.

Encore une fois, elle a pu compter sur ses amis syndicalistes qui prétendent

encore appartenir à la CGT.

Ainsi, Gilles LETORT et ses amis ont votés favorablement à ces cessions,

sans l’accord des salariés concernés, d’EIFFAGE ENERGIE Méditerranée,

Télécom et Métralor, ce qui est une habitude.

Tant chez EIFFAGE ENERGIE Méditerranée que chez Télécom,

les élus ont décidé, pour Méditerranée de demander l’avis d’experts sur le projet

de cession de leur entité et chez Télécom ils ont demandé des explications

à la direction et ont votés une motion pour avoir recours à un expert.

Des questions de survie se posent pour ces deux entités.

Cette UES continue à détruire des emplois, à ne protéger que cette direction

qui se moque des salarié(e)s, et ces prétendus syndicalistes qui ne défendent

que leurs propres intérêts, sans se soucier de l’intérêt des salarié(e)s.

Il serait temps que cette UES disparaisse au profit d’une instance tournée

essentiellement vers la défense des salarié(e)s.

————————————————–

PV REUNION DU CCE  du 16 fevrier 2016 :

 fichier pdf PV CCE du 16.02.2016


 

COMMENT SE DÉBARRASSER

 DES SYNDICALISTES

CONTESTATAIRES

 

EIIFAGE ENERGIE se débarrasse des contestataires syndicaux,

nous allons suivre avec intérêts la position des membres du CCE.

 

fichier pdf Ordre Du Jour C.C.E. du 30 mars 2016

 

EIFFAGE MÉDITERRANNEE

La direction isole l’entreprise ou se trouve l partie la plus contestataire

avec son Délégué Syndical, en opposition avec la direction

et le secrétaire du CCE, de manière étonnante,

la direction consulte d’abord les Délégués du Personnel,

avant le CCE. De plus, dans cette entité, la direction

refuse de mettre en place le comité d’Etablissement

avec l’aval de la direction générale.

 

fichier pdf CONVOCATION Réunion DP

EXTRA du 25 mars 2016 

 

EIFFAGE TELECOM SUD EST

Sortie programmée de l’UES, grâce aux syndicats collaborationniste

avec la direction générale EIFFAGE ENERGIE. Étrangement,

la direction et les syndicats ont tout fait pour conserver

EIFFAGE ENERGIE TELECOM SUD EST, nous allons voir

ce que vont faire les membres du CCE.

 

fichier pdf Ordre Du Jour C.E. du 31 mars 2016


 


   

 

 

 vignettedivers

Centre de Services Partagés Comptable:

Lisez ci-dessous comment la direction EIFFAGE tente de compresser plus d’une centaines d’emploi chez Eiffage Energie !!!! L’ensemble des autres branches sont également concernées !!!
Comme le direction ose le préciser, sans licenciement, cela signifie, sans licenciement économique, bien sur !!!!! Comme c’est l’usage, ruptures conventionnelles et autres démissions sont la règle !!!
Cette réorganisation va inévitablement aboutir des suppressions d’emplois, beaucoup de salarié(e)s vont refuser une mutation à Neuilly sur Marne ou à Lille !!!
Cette situation devrait conduire conformément au Code du travail à la mise en place d’un Plan de Sauvegarde des Emplois, mais, pas miracle, la direction propose son arsenal, mutation sur la base du volontariat, mobilité fonctionnelle, GPEC et annexe, etc…..
Le CCE du 23 novembre 2015 sera consulté sur la création de ce Centre de Services Partagés et nous n’avons pas grand chose à espérer comme réaction syndicale revendicative.
 
  centre-de-services-partages-comptable.pdf

          

 

 vignettedivers

13ème Mois chez EIFFAGE ENERGIE

 

 

Lien

 

     

 

 

 vignettedivers

 

CGT Eiffage Energie ! le blog

Vous pouvez retrouver toutes les informations ici sur le blog :

 http://cgteiffagenergieraa.unblog.fr/

 

A lire aussi sur le blog :

Ca y est, la direction EIFFAGE ENERGIE

s’est débarrassée de la CGT contestataire.

EIFFAGE ENERGIE Télécom Sud Est

          

 

 

 vignettedivers

Charte des élus et mandatés CGTConfédération Générale Du Travail.